Tamazight langue officielle dans la constitution algérienne

Dans l’histoire des luttes pour la liberté des peuples à disposer d’eux-mêmes, la guerre de libération nationale a constitué une période clé. Elle a donné naissance aux droits des Algériens à la liberté individuelle et collective allant dans le sens des textes internationaux ratifiés par l’Algérie.

La quasi -totalité des courants politiques du pays ont pris acte de cette nécessité de libérer le peuple algérien de toutes les oppressions et ont posé le concept de citoyenneté au cœur du projet politique indépendantiste, projet qui implique l’égalité des Algériens quels que soient leur sexe, leur origine, leur langue, leur religion, etc.

Ce droit du peuple algérien fondé sur un projet de société juste et non sur une idéologie de domination de quelque nature qu’elle soit a déteint sur l’ensemble des pays sous domination coloniale.

Plus de 50 ans après l’indépendance, force est de constater que des droits élémentaires n’ont pu être obtenus qu’au prix de nouveaux sacrifices dont l’Algérie aurait pu faire l’économie, elle qui a subi des atrocités innommables pour accéder à sa souveraineté.

Force est de constater également qu’un des droits fondamentaux et inaliénables reste encore à conquérir, celui de la langue ancestrale, Tamazight, à être officialisée dans la constitution.

Certes des acquis, comme Tamazight langue nationale, ont été obtenus suite aux luttes qui ont encore valu de grands sacrifices aux générations post-indépendantes. Mais ces acquis ne sont pas à la hauteur de nos espoirs et ne doivent, en aucun cas, être l’arbre qui cache la forêt.

Trop de larmes et de sang ont été versés dans notre pays, il est temps que l’officialisation de Tamazight soit intégrée dans la constitution, texte qui protège nos droits fondamentaux. La coexistence de deux ou de plusieurs langues officielles est un fait dans de nombreux pays, elle permettra à l’Algérie de se réconcilier avec elle-même et d’asseoir la démocratie.

Nous, soussignés, sommes déterminés à conquérir ce droit et appelons, de façon pressante, le chef de l’Etat, l’ensemble des parlementaires, des sénateurs et de la classe politique à œuvrer avec force pour que Tamazight soit inscrite, sans ambiguïtés, langue officielle dans la constitution et qu’elle acquière tous les droits liés à ce statut.

Pour une Algérie démocratique et plurielle.

Tamaziɣt tunibt di tmenddawt n L’zzayer

Deg umezruy n tnekkriwin ɣaf tlelli n yegduden, akken ad ilin s yiman nsen. Ṭṛad n uslelli aɣelnaw yella-d d ttasarutt,ackku yegla-d s tlalit n izarfan n izayriyen ɣar tlelli n umdan, d ttlelli n tnebbazt (collectif), yeddan deg ubrid n izarfan igraɣlanen andda deɣa i tnug (ratifier) L’zzayer .

Amur ameqan n yerumen (courants) isartiyen n tmurt bedden ɣaf tekti-agi : tukksa n kra yellan d azaglu ; arnan sarsen-d tamsalt n tiɣarmit (citoyenneté), di tlemmast n usenfa asartan n imzarugen (indipendantistes). Asenfa dyegren asemsawi neɣ tullut (égalité) ger izayriyen, i s-nihwu ilin : d ttameṭṭut neɣ d arggaz, d abarkan neɣ d amellal, yenaq s tutlayt s ihwan, taṣṛe (ddin) i s-yehwan yumen yis artg.

Azef-agi n ugdud azayri, ires ɣaf usenfa n tidett ; mači ɣaf tesnakta n uɣemme (idéologie de domination), ay-akken i syehwa tili, ɣas tessa ɣaf tmura ttirni, yellan ddaw ucenggu amharsan (colonial).

Zrin 50 iseggasen i syin akkin azarug, am akka ; iban-d belli izarfan imezwura ur d-ttwaellan ara mebla ma ttumerten medden tikkelt nnien, andda amer wi yufan l’zzayer ur tesawa ara ɣar tgwnitt-a. Nettat yewan tiqriin war ǧin yessin yiwen, akken ad elli tanaya-s ( sa souvraineté).

Am akka, iban daɣen azref ger imezwura i wumi ur tbarru,id yeqqimen a t-id elli; d win n tutlayt n tjaddit : d ttamaziɣt, akken a ttili d ttunibt di tmenddawt. S tidett aayer(Statut) n tmaziɣt « tutlayt taɣelnawt »

S tidett aayer(Statut) n tmaziɣt « tutlayt taɣelnawt » yettwaella-d s akkin i mi i d-yella umenuɣ d imartat n tsutwin (génération) i d-yernan seg uzarug d asawen. Maca aya drus ur yessawe ara ɣar usirem nnaɣ, yarna d awezɣi ma tuwtaɣ tmagirt ɣaf yirden akken a nttu timin. yettwaella-d s akkin i mi i d-yella umenuɣ d imartat n tsutwin (génération) i d-yernan seg uzarug d asawen. Maca aya drus ur yessawe ara ɣar usirem nnaɣ, yarna d awezɣi ma tuwtaɣ tmagirt ɣaf yirden akken a nttu timin.

Aas n imeawen, d idamen yeneɣlen di tmurt nnaɣ, d lawan andda aneṣṣeb n tutlayt tamaziɣt, ad yekcem di tmenddawt. D aris aɣedmi (texte juridique) ara yefdun izarfan nnaɣ igejdanen (fondamentaux). Tamyilit (coexistence) n snat neɣ uger n tutlayin tunibin, d ayen yellan deg waas n tmura ; ad yefk tagwnitt i L’zzayer andda ara taf neɣ a ttemsawi d
yiman-is, a tt-s-ars tugdut.

Nekwni s izemiliyen (soussignés), ngucel (déterminé), akken ad nelli azref-agi, arnu n sawl-d s wudem n l’ir, i uselway n tegduda, d imazaten n ugraw aɣelnaw, d wugraw n l<uqal n tmurt (sénateurs), d ikabaren n tsartit ; akken ad nedhen s tezmert nsen, i wakken tamaziɣt a ttsizeg (inscrite) mebla rrda ; belli d ttutlayt tunibt di tmenddawt. Yarna asttunefkken
akkw izarfan yarzan aayer-agi (ce statut).

I L’zzayer tamagdayt tasgwtant.

Pour signer la pétition cliquez ici:

Signer